Le shiitaké, pour une flore intestinale saine et se protéger des virus respiratoires

Mis à jour : 30 oct. 2020

Je suis surprise du nombre de compléments alimentaires qui contiennent du lentinus eodes (ou letinula eodes), principalement appelé par son nom japonais "Shiitaké", et qui mettent en avant un effet booster d'immunité. Pourtant le shiitaké n'est pas forcément le premier champignon auquel je penserais pour renforcer mon système immunitaire, sauf si, vous allez le voir, il est question de troubles intestinaux ou respiratoires.

Le shiitaké est, en effet, un excellent remède naturel pour remédier à bien des maux de notre ventre, associant ses effets antibactériens et antifongiques à la promotion d'une flore intestinale saine.

Photo de shiitaké poussant sur un arbre
Shiitaké à l'état sauvage Source : novajiang sur Pixabay

En France, on l'appelle parfois "lentin du chêne", car il pousse à l'état sauvage au pied des chênes et d'autres arbres. Il est possible de le cultiver chez vous, en le plantant dans des buches découpées garnies d'un substrat organique. Le procédé est assez simple mais la première récolte se fait la deuxième année suivant la plantation. Un peu de patience donc, mais si vous êtes gourmands, cette méthode en vaut la peine, car le shiitaké est un champignon réputé pour ses qualités culinaires partout en Asie.


=> Une vidéo pour savoir comment faire pousser le Shiitaké chez soi.

=> Ou un article ici.

Usages traditionnels

Nous savons que l'usage du lentinus eodes remonte au moins à l'époque de la dynastie Ming en Chine, c'est à dire à partir du XIVe siècle. Le shiitaké était un remède naturel aux maladies digestives, respiratoires, aux problèmes de foie, à l'ostéoporose, et parfois simplement à l'affaiblissement dû à la vieillesse.

Au Japon dans les années 60s, on s'étonne de la longévité et du parfait état de santé des habitants de certaines régions. Une série d'études financées par le gouvernement ont permit de mettre en lumière le lien entre la consommation régulière de shiitaké dans ces régions et la santé vigoureuse des habitants.


Intérêt thérapeutique

Le shiitaké est un excellent champignon pour soutenir la flore intestinale. Nous commençons à peine à mesurer les effets dévastateurs qu'une flore déséquilibrée peut avoir sur le système immunitaire. Pour tous ceux qui suspectent une candidose chronique, ou qui ont consommé beaucoup d'antibiotiques, il va s'agit d'un champignon particulièrement utile.

Composition

  • Des polysaccharides : immunostimulants, antibactériens, antiviraux, notamment le lentinane (utilisé contre la grippe, la polio, le sida... Ce serait une molécule très utilisée au Japon contre le cancer). L'AC2P, qui inhibe la reproduction de certains virus ; et d'autres polysaccharides susceptibles d'avoir un effet immunomodulateur.

  • De l'acide oxalique, et des terpènes : soutiennent l'immunité et ont des effets antibactériens.

  • Du tréhalose : sucre qui nourrit les bactéries commensales de l'acide lactique.

  • De la vitamine D2, et de l'ergostérol : minéralisation os et dents.

  • Des antioxydants, notamment le SOD (superoxyde dismutase) .

  • Des vitamines : B5, B2 et PP ; ainsi que des minéraux : sélénium, cuivre et zinc.


Infographie sur les bienfaits et propriétés du shiitaké

Sphère digestive

Le tréhalose contenu dans le shiitaké nourrit les bactéries lactiques (lactobaccillus brevis et bifidobacterium breve), qui sont des bactéries commensales de notre intestin (c'est-à-dire qui travaillent en symbiose avec notre système immunitaire).

Les béta-glucanes et les terpènes ont un effet antibactérien, notamment sur Escherichia coli, Staphylococcus aureus, Enterococcus faecalis et antifongique sur Candida albicans. De plus, le champignon pourrait inhiber les enzymes toxiques produites par les bactéries pathogènes.


Le shiitaké est donc votre meilleur allié pour lutter contre la candidose chronique, les ballonnements, la maladie de Crohn, les diarrhées, et à chaque fois qu'il y a inflammation de l'intestin.


Un autre aspect de l'action du shiitaké sur la flore bactérienne est la réduction de la plaque dentaire, du tartre, des gingivites, et maladies parodontales. En effet, en détruisant les pathogènes buccaux et leurs biofilms, le shiitaké permet de prévenir et de réduire les maladies causées par les pathogènes qui se développent dans la bouche.


Sphère respiratoire

Le shiitaké est souvent utilisé comme immunostimulant contre plusieurs virus qui affectent les poumons, tels que le virus du Nil occidental, la grippe, la grippe aviaire (il est étudié pour devenir l'adjuvant de leurs vaccins), le hépatite C et l'hépatite B, le papillomavirus, l'herpès, et le VIH.


Au début de la pandémie de coronavirus, une équipe de scientifiques a proposé d'étudier les effets du shiitaké sur les patients atteints de Covid-19. Une autre équipe a publié un article sur l'intérêt potentiel du shiitaké, en particulier des béta-glucanes, dans le traitement du Covid-19, en raison de son effet immunomodulateur et protecteur des cellules pulmonaires. Il pourrait améliorer la "tempête de cytokines" à l'origine de la détresse respiratoire chez les patients infectés.


Sphère hépato-biliaire

Le shiitaké est un hépato-protecteur. Une étude sur des souris a montré que le lentinus eodes pouvait protéger contre les dommages au foie causés par l'alcool.


Immunité et inflammation

En promouvant une flore intestinale équilibrée, le shiitaké permet de réduire la susceptibilité de développer des bactéries et champignons pathogènes dans le système digestif. Les composantes du champignon aux effets antibactériens agissent comme une seconde barrière aux infections intestinales.

Or, le bon fonctionnement du système immunitaire est étroitement lié à l'équilibre de la flore intestinale. De nombreuses études ont montré que la réduction des bactéries commensales était liée à une plus grande perméabilité intestinale, ouvrant la porte de notre corps aux pathogènes et toxines indésirables, un fléau pour notre système immunitaire affolé par l'arrivée de ces intrus.

Bien sûr, la première réponse à toute intrusion dans notre corps, c'est l'inflammation, source de douleurs et de bien des dysfonctionnements, surtout lorsqu'elle devient chronique. Par ailleurs, l'inflammation chronique est aujourd'hui perçue comme un facteur du développement des cancers.


Le lentinus eodes est utilisé avec succès pour soulager les symptômes de certaines maladies inflammatoires chroniques, telles que la polymyalgia rheumatica et l'arthrite. Mais seul, son efficacité reste limitée. Il est préférable de l'utiliser en même temps que d'autres champignons. On peut en choisir 2 ou 3 que l'on prépare sous la forme du thé traditionnel.


En outre, le shiitaké a un effet anti-biofilm. Les biofilms sont créés par les bactéries pour se protéger contre les attaques, ils leur permettent d'échapper aux antibiotiques et aux désinfectants. Ils jouent un rôle majeur dans les infections chroniques, et posent de gros problèmes aux chercheurs qui tentent désespérément de trouver des agents capables de les dissoudre. Le lentinus eodes s'est montré efficace contre les biofilms formés par les bactéries du groupe Enterococcus, avec d'autres champignons, notamment le Reishi.


Enfin, le lentin du chêne aurait un effet antioxydant.


Ongles, cheveux, os

Riche en vitamine D2, le shiitaké promeut la minéralisation de des os, des cheveux et des ongles. Il est donc utile pour lutter contre l'ostéoporose. Une étude toute fraîche a montré qu'il pourrait être impliqué dans d'autres mécanismes permettant de contrer la perte de densité osseuse.


=> Contre l'ostéoporose, on peut l'associer à polyporus umbellatus. Cliquez sur le lien pour en savoir plus.


Cancer

Ce champignon est très utilisé en complément de la chimiothérapie au Japon. On a la certitude qu'il est efficace contre le cancer du côlon et de l'estomac. Il a montré un intérêt contre le cancer du sein, et les mélanomes.


Il est aussi utilisé avec succès pour contrôler l'épanchement pleural, c'est à dire l'accumulation de liquide entre les poumons et la paroi du thorax, qui se manifeste parfois dans certains cancers.


Photo de shitakés vendus sur un marché
Shiitakés une fois récoltés Source : Milkovi sur Unsplash

Comment consommer le shiitaké ?


Pour bénéficier des effets du shiitaké, on le consomme en général sous forme de poudre qu'on prépare en décoction. On peut aussi le cuisiner. Dans ce cas, il existe des morceaux de champignons séchés que l'on achète dans les épiceries asiatiques.


Le temps de cuisson optimal pour bénéficier des effets du Shiitaké est 30 minutes dans l'eau frémissante, 60 minutes si vous faites un bouillon.



Comme d'habitude, la recette du thé au champignon :

  • Verser une à deux cuillères à café de champignon dans 500 ml d'eau bouillante, puis faire mijoter à petit feu pendant 30 minutes à couvert. Si la préparation commence à monter, laissez une petite ouverture pour la vapeur.

  • Si vous souhaitez cuisiner plusieurs champignons, faites d'abord cuire le shiitaké 15 minutes puis ajouter les autres à la cuisson pour les 15 dernières minutes.

  • Filtrer avec un tamis et boire une à trois tasses par jour.


Précautions

Le lentinane contenu dans le shiitaké peut provoquer des réactions allergiques lorsqu'il est consommé cru ou insuffisamment cuit. La réaction peut se manifester sous la forme d'éruptions cutanées, dermatites, vomissements et/ou diarrhées. Cette allergie reste rare et se résorbe d'elle même dans les jours ou semaines après la consommation.

De manière générale, il est préférable de bien cuire les champignons.


Le Shiitaké est considéré comme non toxique, il n'y a pas d'autres précautions particulières, et pas de danger connus à ce jour pour les femmes enceintes.


Autres sources


Articles récents    

Les informations fournies sur le blog The Herbal List ont un but purement éducatif et n'ont pas pour vocation à remplacer le diagnostic médical et le traitement fourni par votre médecin, ni à encourager la pratique de l'automédication. 

 

La consommation des plantes médicinales peut comporter des risques pour votre santé. Votre pharmacien pourra vous conseiller sur l'utilisation des plantes médicinales en accord avec votre état de santé et votre traitement médical.